Le périple méconnu d'une langue ancienne, le berbere

Tamazight: une seule langue ou plusieures?

Modérateur: amdyaz

Le périple méconnu d'une langue ancienne, le berbere

Messagede mbibany » Mer Juil 20, 2005 10:54

Abderrahman Benatia
Le périple méconnu d’une langue ancienne, le berbère
Essai - Édition à compte d’auteur, Alger, 2005


La langue berbère
Impact sur les parlers arabe et indo-européen

Le Périple méconnu d’une langue ancienne, le berbère de l’Himalaya aux Ardennes est l’intitulé de l’ouvrage du Dr Abderrahmane Benatia, paru sous les presses de l’imprimerie Mellal et Boudjemaâ. Dans le synopsis du livre, l’auteur rappelle que le «berbère a rayonné, par l’intermédiaire des populations migrantes ibéro-berbérophones en Asie (Inde, Perse, Anatolie), en Europe (Balkans, Italie et France actuelles) de même qu’il a donné naissance à des toponymes, hydronymes, oronymes, etc, toujours en usage de l’Himalaya aux Ardennes».

L’auteur fait un saut dans le temps et l’espace depuis les langues chamito-sémitiques jusqu’à l’impact de la langue berbère sur les langues arabiques et parlers indo-européens. D’ailleurs, à la fin du livre, il consacre deux annexes : l’un relatif aux rapports sémantiques entre le berbère et les autres langues arabiques en dressant une liste de quelques mots berbères «flanqués» de la désinence arabique et l’autre, présentant quelques termes européens (latino-espagnol, français) d’origine berbérique.

Ainsi, cet ouvrage qui est un essai, permet, selon l’auteur, d’établir un lien, plus étroit qu’on ne l’imagine, entre les langues arabiques et les langues indo-européennes, d’une part et mettre en avant le périple méconnu de la langue berbère. Une langue qui possède un «statut particulier et qui reste le témoin linguistique et civilisationnel tout au long de nombreux millénaires». Ce rameau très ancien, est-il noté dans la conclusion de l’ouvrage, permet de saisir l’autorité d’une langue et ce, à travers les noms propres du berbère qui ont résonné dans les trois continents (Asie, Afrique, Europe) et continuent de s’y faire entendre, jusqu’à nos jours.

Hacène Kourghli
Le Jour d'Algérie 20 juillet 2005
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le docteur Abderrahmane Benatia vient d’éditer à compte d’auteur son sixième ouvrage intitulé Le Périple méconnu d’une langue ancienne, le berbère. De l’Himalaya aux Ardennes. Influence de la langue berbère sur le parler arabe d’Occident.

Cet essai, comme tient à le souligner l’auteur, est dédié au regretté Chafiq, auteur du savant lexique arabe-berbère. « L’intérêt du lexique de ce monsieur réside dans le traitement de la langue berbère dans sa dimension plurielle, dans la variété et la diversité de ses mots et de ses expressions. » Abderrahmane Benatia estime que si les populations berbères ont adopté et parlent naturellement l’arabe dans leur grande majorité, la langue berbère n’a pas pour autant disparu de l’Afrique du Nord.

Cette langue toujours vivace a influencé et influence encore le parler arabe d’Occident. « Le périple méconnu de la langue nous permet de saisir l’autorité de cette langue en tant que témoin linguistique et civilisationnel, tout au long de nombreux millénaires », écrit-il. L’écrivain avance également que de nombreux auteurs ont cantonné ce parler dans la seule « Berbérie africaine » et méconnu son importance dans la genèse de nombreux mots du vocabulaire arabe et dans la formation d’une partie du lexique des langues européennes.

Le berbère a rayonné par l’intermédiaire des populations migrantes ibéro-berbérophones en Asie, en Europe de même qu’il a donné naissance à des toponymes, hydronymes, oronymes...- toujours en usage- de l’Himalaya aux Ardennes. Cet intéressant ouvrage de 240 pages est compartimenté en trois parties : « De la linguistique et des langues », « De l’onomastique de Berbérie et d’Asie antérieure » et « De la sémantique ».
Ce livre demande une concentration absolue tant les informations données remontent parfois loin dans le temps.

Abderrahamne Benatia - Le Périple méconnu d’une langue ancienne le berbère, de l’Himalaya aux Ardennes, influence de la langue berbère sur le parler arabe d’Occident. Edité à compte d’auteur. 240 pages. Mai 2005.

Chabani Nassima
El Watan 1er juin 2005

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un livre sur l’influence de la langue berbère sur le parler arabe d’Occident sous l’intitulé Le périple méconnu d’une langue ancienne, le berbère, de l’Himalaya aux Ardennes a été publié à compte d’auteur. Dans cette étude, fruit de recherches, le Dr Benatia Abderahman aborde les langues d’Arabie, d’Afrique et d’Europe, la source des migrations ibéro-berbères et l’influence de la langue berbère sur le parler arabe d’Occident. Ce livre est une continuité de l’ouvrage Ibérie et Berbérie du même auteur.

Rubrique Culturelle
Liberté 24mai2005
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Histoire de la colonisation arabique dans la Grèce antique, à travers la myhologie, la toponymie, l’onomastique et le vocabulaire
Essai - Éditions Houma, Alger, 2005


Mythologie et lexique


Spécialisé dans les langues européennes et arabe, l’auteur Abderrahman Benatia signe un sixième ouvrage intitulé Histoire de la colonisation arabique dans la Grèce antique à travers la mythologie, la toponymie, l’onomastique et le vocabulaire, aux éditions Houma.

Ecrire sur les langues, quelle que soit leur appartenance, n’est pas chose aisée. Abderrahman Benatia a effectué des recherches pointues pour aborder son thème. Un thème axé sur la colonisation arabique dans la Grèce antique. Constitué de 512 pages, ce volumineux ouvrage s’articule autour de trois grandes parties : rétrospective historique et civilasationnelle, linguistique grecque et importance du substrat de la langue arabe dans le grec classique. Selon l’auteur, de nombreux mots que nous employons dans la langue courante en français ou en d’autres langues européennes actuelles sont certes d’origine grecque.
Mais cette dernière cache une étymologie plus ancienne. « Une étymologie méconnue probablement par certains linguistes, sûrement par le grand public, tant celui qui parle des langues indo-européennes que celui qui pratique la langue arabe », argumente-t-il. A titre d’exemple, les termes académie, arithmétique, histoire, lycée, roi ou encore rose... et plus de 200 autres étudiés dans cet ouvrage sont des termes arabes. Mieux encore, Abderrhamn Benatia nous apprend dans son intéressant livre que les noms de philosophes, poètes, artistes, savants tels que Pindare, Platon, Phidias, Thales... et autres sont des appellations d’origine arabique.
Les hommes politique de la grande Grèce, notamment les rois et les reines, tyrans, ne sont pas en reste. Nombre d’entre eux sont d’origine arabique, de même pour les noms qu’ils portent, à l’image de Crésus, Philippe (Macédoine), Pisstrate, Solon, Péricles. En guise de conclusion, Abderrahman Benatia affirme que l’étude des noms propres de la Grèce et l’importance du substrat de la langue arabe dans le grec classique rejoignent et confirment l’histoire des colonisations arabes dans la Grèce antique. En somme, Abderrahman Benatia invite le lecteur à découvrir un pan de l’histoire arabique et ce, à travers une foule d’exemples à l’appui.
Un sérieux travail de recherche a été fourni.



Abderrahman Benatia
Histoire de la colonisation arabique dans la Grèce antique, à travers la myhologie, la toponymie, l’onomastique et le vocabulaire
Edition Houma. 512 pages. Mars 2005. Prix public : 760 DA.

Nassima Chabani
El Watan 22 mars 2005
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ibérie et Berbérie
(Recueil) - Édition à Compte d'auteur, Alger, 2003

Une histoire conjointe

L'auteur tente d'établir à travers cet ouvrage les relations existentielles, linguistiques, historiques, civilisationnelles entre deux entités géographiques : l'Ibérie en Europe et la Berbérie en Afrique.
Il fait une analyse comparative en partant de la colonisation arabique au colonialisme romain tentant d'établir les liens entre les Berbères (nord de l'Afrique) et les Ibères (l'Espagne aujourd'hui) qui, affirme-t-il, ont des destinées liées.

Il appuie ses nombreuses recherches par les écrits d'autres auteurs qui insistent sur la parenté linguistique des deux peuplades. Benatia Abderrahmane, à la base d'une documentation très riche, s'est investi dans des recherches poussées tentant d'établir l'authenticité de certaines données qui remontent à l'histoire ancienne de la Berbérie.
Il faut dire que cette région n'a pas souvent bénéficié de l'attention des chercheurs et il est difficile de trouver des écrits ou des analyses se référant à l'histoire ancienne de cette région. L'auteur, qui se passionne pour l'histoire ancienne et y consacre tout son temps, nous livre, dans son dernier ouvrage, une analyse assez surprenante sur deux peuplades. L'une se trouvant en Europe et l'autre en Afrique avec des différences certaines, qu'elles proviennent de la même souche ethnique et ont des langues proches, parentes sinon identiques.

L'auteur écrit que la péninsule ibérique et l'île du Maghreb entrent dans l'histoire à la même époque avant la colonisation phénicienne, au cours du second millénaire qui précède l'ère chrétienne.

Son histoire, puisque nous parlons d'histoire commune, est antérieure, affirme l'auteur, à l'ère romaine. Cette dernière a même été influencée par la civilisation ibère et berbère qui étaient avant l'avènement du christianisme des peuples païens. Toutefois, et au regard des nombreux témoignages d'auteurs, il semblerait donc que les populations primitives de l'Afrique du Nord et de l'Europe occidentale étaient des nègres. Donc les Ibères et les Berbères ne sont pas les premiers habitants de la péninsule ibérique et du Maghreb. Ils sont venus issus de l'Asie antérieure et de la péninsule arabique et sont devenus les ancêtres des populations d'Afrique du Nord et de l'Europe occidentale.

L'auteur a structuré son livre en trois grandes parties : situation du monde afro-arabo-méditerranéen avant la fondation de Carthage, Ibérie et Berbérie, Germains et Byzantins, jusqu'à l'avènement de l'Islam avec plusieurs chapitres mettant, d'un côté, en exergue les résultats des ses recherches et, de l'autre, des références à une bibliographie spécialisée.
N. B.
Liberté 3 mars 2003

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ENTREVUE:

ABDERRAHMAN BENATIA À LIBERTÉ


"L'histoire de l'Algérie est falsifiée"

Par Nassira Belloula

Abderrahman Benatia nous livre dans son dernier ouvrage, Ibérie et Berbérie, le cinquième d'une série de travaux consacrée à la recherche historique depuis quelques années, une analyse tentant de démontrer les liens étroits qui existent entre ces deux entités.

Liberté :
étant médecin, quelle relation faites-vous donc entre la médecine et l'histoire ?
Je suis un médecin à la retraite. Je ne suis donc pas un chercheur officiel en histoire, j'ai une formation en sciences et l'histoire est traitée comme une science.
Et je ne cesse de le répéter, on doit aborder ce domaine-là sous un angle scientifique, c'est-à-dire faire passer à la critique des analyses, des écrits d'auteurs…


Faire de la recherche historique minutieuse demande du temps, mais surtout une riche documentation. Avez-vous rencontré des difficultés dans ce domaine ?
Cela fait dix ans que je fais des recherches. Ces dernières ne se limitent pas qu'aux bibliothèques d'Alger. Dès que je suis dans un pays étranger, notamment en France, j'en profite pour approfondir mes recherches.
Les obstacles n'existent pas, il faut oser, aller en profondeur, les documents existent, il faut les chercher.

Pourquoi cette passion pour l'histoire ancienne ?
Je me suis rendu compte en faisant mes recherches que cette période est délaissée par les chercheurs.
Je me pose, par ailleurs, la question pourquoi nos historiens ne font pas de recherches sur l'ancien temps, avant l'islam par exemple. Cette période est, pour moi, la plus essentielle du point de vue civilisationnel.
C'est le départ de tout et l'aboutissement des autres civilisations. Les recherches doivent impérativement partir de cette période pour établir des données réelles. L'histoire est un éternel recommencement.

Si nous prenons l'histoire de l'Algérie ancienne et contemporaine, nous nous rendons compte que très peu d'auteurs algériens s'y sont risqués…
Ce qui a été écrit sur l'Algérie dans les livres d'histoire comporte plusieurs informations erronées.
On enseigne une histoire falsifiée. Très peu d'auteurs algériens ont écrit sur l'histoire ancienne de l'Algérie. Les écrivains français l'ont dénaturée ; si on prend l'exemple des différentes appellations d'Alger, ces derniers affirment qu'elle a été bâtie par les romains qui l'on nommée Icosium.
c'est faux, Icosium est, à la base, phénicienne. L'autre exemple, les berbères sont qualifiés de demi-sauvages par les auteurs français ; c'est pour excuser le colonialisme romain puisque eux-mêmes étaient colonisateurs. Les algériens doivent se pencher sur leur histoire avec objectivité.

Comment expliquez-vous que l'Algérien soit confronté aujourd'hui à une crise identitaire ?
Quand on ne connaît pas ses origines, on a le droit d'être en crise identitaire et sociale. Il est important de connaître ses origines afin d'affirmer son identité. Les gens font l'amalgame entre les arabophones et les berbérophones. Les gens de Tlemcen ou d'Oran disent qu'ils ne sont pas berbères alors que le nom même de Tlemcen est berbère ; à Jijel des noms d'ustensiles ont gardé leur nom berbère ; certaines régions ont perdu leurs langues d'origine, car se trouvant souvent dans des endroits de passage.
N. B.
Liberté 3 mars 2003
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Retourner vers Variantes linguistiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron