Tamazight, Langue ou Dialecte? par H. SAHKI

Tamazight: une seule langue ou plusieures?

Modérateur: amdyaz

Tamazight, Langue ou Dialecte? par H. SAHKI

Messagede mbibany » Mar Sep 13, 2005 11:09

ti zrauin ti mgaradin
ghef tira ti mazighin
* * *
ETUDES EPARSES SUR L’ECRITURE AMAZIGHE
2004
Par Hacene Sahki


En guise d’introduction

* * *
1. Tamazight, langue ou dialecte ?

Le berbère est-il une langue ou un dialecte ? Et quelle est la différence entre les deux ?

Avant de répondre à ces deux questions, osons une petite analyse historique du fait berbère.

Tout le monde s'accorde à dire que les berbères (ou amazighs comme ils se font appeler eux mêmes) sont les premiers habitants de l'Afrique du Nord. Ce peuple n'avait pas attendu l'arrivée des différents envahisseurs pour se doter d'une langue. Les vestiges historiques attestentmême d'une écriture berbère qui remonte à près de 3000 ans. Cette écriture, dont l'usage a été perdu chez les berbères du nord, persiste encore chez les touaregs : c'est l'écriture « tifinagh ».

Historiquement, le berbère est la langue première des habitants de cette contrée designee sous le vocable de Maghreb arabe. L'arabe a été un apport extérieur important à notre culture, il reste une langue de civilisation qui a donné des joyaux au patrimoine mondial, mais cela ne doit pas développer un mépris pour la langue de nos ancêtres.
Pourquoi le berbère ne s'est-il jamais développé comme langue savante ? Si le berbère est dans l'état où il se trouve actuellement, sous forme de dialectes éparpillés, cela est dû, non pas à son incapacité à exprimer des valeurs universelles, mais plutôt à des conjonctures politiques défavorables et à une situation géographique qui a fait de l'Algérie un lieu de conquêtes et de convoitises depuis la plus haute antiquité. Une autre raison, plus importante à nos yeux, c'est la structure même de la société berbère qui nous la donne, c'est une société structurée sur le modèle tribal et jalouse de son indépendance. Elle n'a jamais su développer un système de gouvernement propre, de type militaire, centralisé à outrance, avec une armée régulière, une administration omniprésente. Elle a toujours vécu dans une sorte de démocratie primaire ne permettant en aucun cas de fonder un état fort, porteur de modèle civilisationnel.

Chaque fois que les berbères se sont organisés en état fort et indépendant c'était selon un modèle emprunté, que ça soit le modèle romain pour les royaumes numides ou le modèle arabe pour les royaumes de la période islamique. Malheureusement, pour la langue berbère, à chaque fois, l'emprunt du modèle de gouvernement s'est accompagné de la langue du modèle : le latin pour le modèle romain et l'arabe pour le modèle arabe. De nos jours encore la langue française reste une langue de gestion, héritée du modèle administratif du dernier colonisateur...

De tout temps, il y a eu une langue populaire, le berbère ou, plus proche de nous, l'arabe algérien, et une langue savante, le latin, l'arabe classique ou le français, chez les habitants de cette contrée qu'on appelle aujourd'hui l'Algérie. Cette dichotomie a crée un complexe vis à vis des langues populaires qu'on désigne tour à tour par les vocables de dialectes, parlers ou langues vulgaires (ddardja).

Pourtant, pour les scientifiques, il n'y a aucune différence entre langue et dialecte, tout est question d'appréciation, souvent subjective.
Un éminent linguiste a dit, à peu près ceci : une langue c'est un dialecte plus une armée.

Nous ajouterons, pour notre part, qu'une langue c'est surtout un dialecte plus une decision politique. Le message coranique a été révélé aux hommes dans la langue qu'ils comprenaient, et le Saint Coran étant « descendu » à la Mecque, il était tout à fait naturel qu'il le soit en dialecte mecquois. C'est dans ce même dialecte, devenu entre temps langue arabe, que s'expriment, de nos jours, des centaines de millions de musulmans dans leurs priers quotidiennes.

La défense et la promotion de la langue arabe ne doivent cependant, pas se faire au détriment, et parfois contre, les autres parlers du monde musulman. Si la pratique de la religion musulmane devait s'accompagner de la maîtrise exclusive de la langue arabe, le monde musulman se verrait tronqué de ses deux tiers. L'islam est un message universel, il s'adresse à tout un chacun quelle que soit sa langue ou son origine.

En ne citant que le Pakistan, la Malaisie, l'Inde, l'Iran, la Turquie et les ex républiques soviétiques musulmanes, on se rend compte que la majorité des musulmans ne sont ni arabes ni arabophones. Le Maghreb arabe, lui-même, n'est qu'en partie arabophone, l'autre partie étant berbérophone, dont une grande part est naturellement bilingue.

Au lieu d'opposer l'arabe au berbère (ou pour être plus exact, à Tamazight), on ferait mieux de donner les moyens de développement à ces deux langues pour contrer l'invasion culturelle qu'elle soit francophone ou autre. Qu'on le veuille ou non, l'Algérie est bilingue et en opposant ses deux langues on les affaiblit toutes les deux et on hypothèque en même temps notre apport à la culture universelle.

Le courage politique est de reconnaître la réalité du terrain et de donner à tous les enfants de l'Algérie le sentiment et la fierté d'appartenir à une nation qui possède des racines millénaires et qui a participé au patrimoine civilisationnel arabo-islamique sans renier ses propres racines. Le temps n'est-il pas venu d'exprimer ce courage en donnant à Tamazight la place qui lui revient à côté de l'Arabe ?

SETIF le 06 Décembre 1994
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Retourner vers Variantes linguistiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité