LES ECRITS DE LANGUE BERBERE, Partie 2 (de BEDJAIA)

en arabe, latin ou tifinagh?

Modérateur: amdyaz

LES ECRITS DE LANGUE BERBERE, Partie 2 (de BEDJAIA)

Messagede M-BIBANY » Lun Juil 18, 2005 10:07

LES ÉCRITS DE LANGUE BERBERE
DE LA COLLECTION DE MANUSCRITS ULAHBIB (BEDJAIA)-2-
Par Djamel Aissani

Suite../..

IV. CONSTITUTION DU FONDS DE LANGUE BERBERE :

Sur les 570 documents répertoriés dans la collection, quatre seulement ont étés rédigés en langue berbère (transcrite en caractères arabes). Des termes berbères figurent également dans cinq autres écrits.
Le plus ancien document est certainement la traduction de la Sughra, répertorié KA No21. Nous n’avons pas pu identifier le copiste et nous ignorons si ce document appartenait déjà à Lmuhub. Par contre, il est certain que le document répertorié LIT No21 lui appartenait. En effet, après les deux Qasa’id en berbère, nous avons identifié un texte (en langue arabe) rédigé de sa main. Le seul écrit identifié qui a été rédigé (au milieu du XXe siècle) en berbère par un membre de la famille Ulahbib est le commentaire de Lmahdi, répertorié KA No22.87D.

D’un autre coté, les manuscrits comprenant des termes berbères ont été fréquemment utilisé aussi bien par Lmuhub que par Lmahdi, comme le prouvent les nombreuses notes contenues (en marges des textes).

V. LES TEXTES BERBERES DE LA COLLECTION ULAHBIB :
Dans un premier temps, nous allons présenter les documents de langue berbère de la collection et tenter de cerner leur intérêt. Nous attarderons sur les informations relatives aux auteurs, aux propriétaires et à l’histoire de ces manuscrits. Rappelons que les caractéristiques de ces derniers (dimensions, nombre de feuillets...) sont consignées dans le catalogue de la collection Ulahbib [7].

La traduction de la Sughra :
Le manuscrit répertorié KA No21 [7] est une traduction sommaire de la ‘Aqida as-Sughra d’Al Sanusi, connue sous le titre d’Umm al-Barahin ou plus simplement de Sanusiyya. C’est une ‘Aqida sur la conscience de l’unicité de Dieu (Tawhid).

a) Abd Allah al-Sanusi
Le tlemcenien Abû Abd Allah b.Yusuf al-Sanusi (1426-1490) a été un élève du célèbre mathématicien andalous al-Qalasadi (Grenade 1412- Béja 1486). Il a par la suite obtenu une idjaza de la principale personnalité religieuse d’Alger, Abd ar-Rahman ath Thaaliby (Alger 1386- Tunis 1468). Selon M.Bencheneb, il aurait également poursuivi des études à Bougie [11]. Pour les savants du Maghreb, al-Sanusi était le rénovateur de l’Islam au commencement du IXe siècle de l’Hégire.
Dans les disciplines mathématiques, il est notamment l’auteur d’un commentaire sur le poème didactique d’Ibn al-Yasamin (mort assassiné au Maroc en 1204) sur l’algèbre et les équations, du commentaire Sharh Qasidat al-Habbak sur l’astrolabe et d’un poème sur la science des héritages.

b) al-Sanusi et la Kabylie
Les rapports intellectuels entre Bougie et Tlemcen ont eu une influence déterminante sur la formation de nombreux lettrés de la région. En effet, de nombreux savants tlemceniens ont poursuivi leurs études a Bougie : Ibn Marzuk al-Djadd (1310-1379), Abû Aberkan Aly (1353-1453)... (Voir [21]) al-Sanusi, qui était un élève de ce dernier, a ainsi rédigé un commentaire d’al-Waghlisiyya (20).
L’influence inverse va être encore plus déterminante. Ainsi, al-Machdaly (Bougie 1419- Alep 1461) a poursuivi ses études a Tlemcen vers 1437 auprès d’Ibn Marzuk al-Hafidh (1364-1439), d’Al-Ukbani 21 (1321-1409) et d’Ibn Zaghu (mort en 1445). A son propos, le célèbre mathématicien andalous al-Qalasadi a écrit dans sa Rihla : « Nous nous sommes réunis en Egypte avec le brillant docte, l’imam le plus cultive de son temps, le vertueux al-Machdaly. Je n’ai jamais vu quelqu’un capable d’assimiler aussi bien que lui les sciences. Il touche a tout et y réussit. Nous avons évoqué notre séjour à Tlemcen ou nous avions passé des jours agréables en compagnie de savants, maîtres de leurs sciences. Ils y prodiguaient un enseignement incomparable, facile à saisir.»

c) La Sughra
Traitant de Dieu et de ses attributs, ainsi que de la prophétie, al-Sanusi discute tout au long de son livre les théories philosophiques, les opinions des autres écoles et les croyances des autres religions. Il a notamment rédigé un commentaire de sa propre Sughra. Ce dernier, qui a fait l’objet de gloses d’Al-Bajuri, a été publié plusieurs fois au Caire et a Fès, traduit en allemand par Ph.Wolff (Leipzig, 1848) et en français par Luciani (22), Delphin (23) ... (cf. [1]).


d) Place de la Sughra dans la collection Ulahbib :
La Sughra est avec l’Adjurrumiya (24) l’ouvrage qui a été le plus étudié des livres de la collection Ulahbib. En effet, cette dernière en contient une dizaine de copies (25) ainsi que plusieurs commentaires (26) en langue arabe. En particulier, elle comprend trois copies du commentaire du tlemcenien Ibrahim al-Mellali 27 (XVIe siècle).
Ce dernier est originaire du Maroc et a été l’élève d’Al Sanusi à Tlemcen (28.
Des copies (probablement commentées) ont été réalisées par Lmuhub (29) et Lmahdi Ulahbib.

e) Le manuscrit de la collection :
Historique
Des 1893, l’orientaliste J.D.Luciani avait signalé l’existence de cette traduction.
En effet, il précisait que cet écrit «a été composé en Kabylie dans la tribu des Beni Ourtilane, a la Zawiya Sidi Yahia Ben Hamoudi » [27]. Il poursuit qu’«il se réduit a quelques pages, rédigé dans le dialecte de l’arrondissement de Bougie, transcrites en caractères arabes, et qui ne sont qu’une traduction très sommaire du traité connu sous le nom de as-Sanusiyya ».

Sidi Yahia Ben Hamoudi
Ici aussi, on constate que les orientalistes ont eu accès aux manuscrits de la Kabylie à travers des Cheikh de Zawiya, exerçant des fonctions au sein de l’administration coloniale. Ainsi, J.D.Luciani a pu consulter les manuscrits de la zawiya de Sidi Yahia Ben Hamoudi (30) .Ce dernier était considéré par l’instituteur Hénaut comme un personnage influent, mais «d’une importance secondaire » [22]. A son propos, le Moubacher (journal colonial officiel) du 15 mars 1884 porte la note suivante : « Le06 février courant est décédé a l’age de 96 ans en son domicile, a Freha (Beni Ourtilane) le nommé Si Yahia Ben Hamoudi, marabout fort vénéré dans toute la région Kabyle. Ce personnage ayant joué un rôle relativement considérable dans la région, il ne sera pas inutile de rappeler ici les principaux faits qui, depuis de longues années le signalaient à l’attention publique et lui ont mérité les sentiments de haute vénération de ses coreligionnaires. Si Yahia (...) n’a jamais fait partie d’aucun sufi et n’est affiliée à aucun ordre religieux. Son but a été de tout temps, de répandre l’instruction du Coran et de la jurisprudence musulmane, d’enseigner a la population la soumission et le respect envers l’autorité, d’intervenir a l’amiable dans tous les différents qui lui étaient soumis (...).Aussi, des la nouvelle de sa mort, les indigènes qui venaient le consulter de tous les cotés de la Kabylie, ont-ils accourus pour rendre a sa mémoire un dernier hommage.»

Le manuscrit
Le manuscrit de la collection est très ancien et concerne probablement le même texte que celui dont parle Luciani. Cependant, nous n'avons pas d’informations sur son histoire. Sa présence dans la Khizana de Lmuhub Ulahbib pourrait signifier qu’il était assez répandu dans toute la région d Ath Urtilan.
Pour avoir une idée de la qualité de la traduction, nous reproduisons ci-après un fragment de ce texte :
Leqdem isezwar leedem
Lebqa ur t-ittlahaq ara leedem
Lemxalfa d amxalef g ddat-is
Ur t-illi ara d legrem,d acu d legrem ?
Dayen Ittzeyyihen lghir-is ittag leqder-is



Le commentaire versifié de la Sughra
Nous avons identifié le copiste du manuscrit KA No22 à partir de l’écriture.

a) Lmahdi Ulahbib :
Lmahdi (1892-1973), petit fils de Lmuhub Ulahbib, a poursuivi ses études dans les Zawiyas d’Ath Chebana, Ath Urtilan, Ath Yala et Akbou. Il eu pour maître Muhammad Sediq b.Yahia [3].
Lmahdi était versé dans l’astrologie, l’astronomie et était la source principale de détermination des dates (fêtes religieuses, périodes de cultures...) de toute la région, comme le prouve une de ses correspondances avec Nasser Ben Nasser (31), membre fondateur de l’association des Oulémas (32). Ses écrits se rapportent à différents domaines (33).

b) Le manuscrit
Le manuscrit répertorié KA No22 est un petit commentaire versifié de la ‘Aqida as-Sughra d’Al Sanusi en langue berbère (de caractères arabes).Il a été copié par Lmahdi Ulahbib au milieu du XXe siècle (probablement vers 1953).
Cependant, nous ignorons si ce dernier est l’auteur du commentaire.
Voici un fragment du texte de ce manuscrit :

A d bdugh g lwag¡eb
Rebbi yella ulac licckal
S ddalil i berzent tlufa
Ma d legrem iqebli t leeqal...


Le poème sur le savoir de Ben ‘Ali Chérif
a) Le manuscrit
Il est répertorié LIT No21 [7].Cet écrit n’est constitué que d”un seul feuillet.
Il s’agit probablement d’un document ancien. En effet, après la Qasida que nous allons présenter figure une autre Qasida (toujours en berbère), puis un texte en arabe copié par Lmuhub (sans rapport avec ces poèmes).
b) Said Ben Ali Cherif
Saïd Ben Ali Chérif (Yellula 1820-1897) est notamment évoqué par G.Hénaut [22], al Hafnawi ([21], t.2, p.402.) et M.Gaid [402].Il était le patron de la zawiya de Chellata (vallée de la Soummam). Selon le Baron H.Aucapitaine,«la Zawiya d ’Ichellaten est un des centres religieux et scientifique les plus renommés de l ’Afrique Septentrionale ».Il affirme qu’en 1860,la famille Ben Ali Shérif (34) était dépositaire du pouvoir religieux depuis 150 ans environ «par extinction des héritiers directs ».
Il a été l’un des principaux informateurs des orientalistes français (A.Hanoteau, H.Aucapitaine, E.Dewulf), en particulier concernant les études berbères naissantes et l’histoire de la vallée de la Soummam. Il avait occupé de hautes fonctions dans l’administration coloniale. En effet, il avait été nommé BachAgha de Illoula en 1846.

c) Le poème sur le savoir
La premier Qasida du document répertorié LIT No21 est un poème sur le savoir de Saïd ben Ali Cherif. Nous avons transcrit le texte en caractères latins :
Amalah ya leulama ur nufi hedd ur nsal
Lwehc yers-ed, ccer d leghel yesseqtee deg zal
Ccejra i-lebdae tferree lgedra-s yuli-tt wadal
Lehram yeqqel d lmesbah .
Lghemm yers-ed ghef lehlal
Ttqelliben f lmufid ur hsiben rras l mal.



Notes d’enfant :

La note (raturée) isolée en langue berbère est répertoriée DVNo09.Il s’agit probablement d’un écrit d’enfant. Nous avons pu identifier le texte suivant :
Baba, a Zizi, anida tebghid .ad ruhegh,
ur ttruhegh ara, ad ruhegh ...it...
Tebgh id .awi-yi Burdim
Jeddi ...akenni ur bghigh ara .

Précisons ici que le nom de Burdim, qui apparaît a la troisième ligne, correspond a un petit village proche de Zakou (Ath Urtilan).Il est encore habité de nos jours par des descendants d’une autre branche de la famille Ulahbib. La présence de ce texte semble confirmer que la transcription du berbère en caractères arabes était utilisée de manière courante, même par les enfants (cf. paragraphe précédent).

VI. LES DOCUMENTS RENFERMANT DES TERMES BERBERES :
Ce sont principalement des traites de botanique et d’astronomie.

Le traité de botanique d ’Ibn al-Baytar
Le manuscrit de botanique d’ibn al-Baytar, répertorié MS No01 [7], s’intitulé al-Iktifaa fi-el Tib al-Shafi. René Basset a, le premier, découvert une copie du même type (avec également des traductions des noms en grec)et fait connaître ces termes berbères dans un article célèbre [10 ].
a) Le manuscrit de la collection
Sur le manuscrit de la collection sont également portés plusieurs commentaires et inscriptions, probablement en rapport avec la discipline. Nous avons identifié à partir de l’écriture :
- Un commentaire de Lmuhub Ulahbib. Il écrit que son maître est Ahmad b.Sahnun (cf.paragraphe 3.2).
- commentaire de Lmahdi Ulahbib. Ce dernier évoque notamment al-Ayashi 35, Salam Sanhuri et le Qamus (36).
b) Ibn al-Baytar et son traité :
Ibn al-Baytar 37 (1197-1248) est le plus grand botaniste du monde musulman. Natif de Malaga, il émigra en Orient vers 1220 après avoir traversé l’Afrique du Nord.
Parmi ses ouvrages, citons :
– al-Djami‘ li Mufradat al-Adwiya wa al-Aghdiya (ed. du Caire, 1874 et traduction française de L.Leclerc, 1877-1883 et traduction allemande de J.Von Sontheimer, Stuttgart, 1840). Dans cet ouvrage, Ibn al-Baytar présente dans l’ordre alphabétique quelques 1400 simples appartenant aux règnes animal, végétal et minéral, en se basant sur ses propres observations ainsi que sur plus de 150 autorités [al-Razi (Ghazes), Ibn Sina (Avicenne), al-Idrissi 38 et al-Ghafiki [39]. Selon J.Vernet,un millier environ étaient déjà connus des auteurs grecs.
- Commentaire de l’oeuvre du médecin Grec Dioscoride (Ier siècle après J.-C.), qui contient un inventaire de 550 drogues (figurant dans les 4 premiers livres de Dioscoride).
c) Historique et travaux sur le manuscrit :
Les termes techniques de l’ouvrage présenté précédemment sont fréquemment accompagnés de leurs équivalents latins et berbères (voir MMMA, IV, 1957,105-112). René Basset a fait connaître ces termes dans un article célèbre.
Il est probable que ce dernier ouvrage corresponde au fameux manuscrit de R.Basset [10] et surtout a celui de la collection Ulahbib.

d) Les termes berbères
Parmi les nombreuses traductions en berbère : Areghnis, haltit (40), tejribtan, attl, zerawnd, aqehwan, asarun, asemmaq, ccebt, afsentin, ddrarih , termes (41) darsini (42), frasyun (43), ghar zemred, tizermini (44) ...
Par ailleurs, d’autres termes berbères de plantes figurent également dans la marge (donc en commentaire) : Tabghest 45, taqentast, tidekt, Barbariya ...

Autres termes de plantes
a)Dans deux ouvrages de médecine et de botanique 46 apparaissent également des termes berbères. Ainsi, la citation d’un certain Abû Tayeb sur une plante : « Derdar, en langue kabyle, Aslen » 47 (Ms.MS No11). C’est le cas également d’Awrmi . Cette plante est notamment utilisée pour fabriquer une sorte de poudre pour guérir les plaies.

b) Citation du nom berbère d’une plante Taqendilt 48 dans le manuscrit d’astrologie ASL No11. En effet, cet ouvrage comprend un chapitre sur la botanique.

Le traité d’astronomie d ’Abi Miqra’ :

Abi Miqra’ est la principale référence du Maghreb dans le domaine de l’astronomie. La place importante qu’a occupé son traité dans la région d’Ath Urtilan est confirmée par les très nombreuses copies retrouvées dans la collection Ulahbib. En particulier, Lmuhub et Lmahdi Ulahbib maîtrisaient les méthodes de détermination des horaires de la prière et de dates religieuses (premier jour du Muharram, premier Yennayer) [3].

Abi Miqra’ et son œuvre
Abi Miqra’ (49) est un astronome ayant vécu au Maroc au XIIIe siècle. Son travail de Muwaqit a été analysé par G.S.Colin et H.P.J.Renaud en 1933 [16].
Ses idées ont été exprimées en vers par al-Malghiti (50) au XVIIe siècle et ont fait l’objet de multiples commentaires (cf.King [23]).

Abi Miqra’ dans la collection
La collection Ulahbib comprend quatre copies du traité d’Abi Miqra’.
Parmi elles :
-La copie répertoriée ASN No16 est acéphale et semble très ancienne (51).
-Les copies répertoriées ASN No 05 et ASN No 13 (52) ont été rédigées par Lmuhub Ulahbib.

a)Les termes berbères
Les noms berbères des mois de l’année figurent dans ce traité : Yennayer, furar, meghres, ibrir, mayu, yunyu, yulyu, ghuct, ctember, tuber, nunember, dujember (53). Ces noms reviennent dans le manuscrit répertorié ASN No10.
Ce dernier s’intitule Mukhtasar li l-Hisab et a été copié par Lmuhub Ulahbib.

Noms de champs
Dans plusieurs pactes d’héritage figurent des noms berbères de champs.

Autre
Un écrit, répertorié également DV No03, n’a aucun rapport avec la langue berbère. Cependant, le texte forme le signe des Imazighen (cf. [20]). Nous ignorons si ce schéma est le fruit du hasard, car le sens de l’écriture semble être orienté. Cette manière d’écrire (tout a fait inhabituelle) devait être utilisée par certains soufis.

VII. CONCLUSION :
Les écrits de langue berbère de la collection Ulahbib sont donc de cinq types : ‘Aqida, Qasida, termes techniques en botanique et en astronomie, noms des champs et texte d’enfant. Il est prématuré de tirer de quelconques conclusions. Cependant, la présence d’une traduction et d’un commentaire versifié en berbère de la Sughra pourra permettre de mieux situer l’apport du berbère dans l’action des religieux devant prêcher pour des berbérophones. De même, la présence de la note d’enfant permet de confirmer que les caractères arabes étaient fréquemment utilises pour transcrire des termes berbères.
---------------------------------------- F I N ---------------------------------
DJAMEL AISSANI*


20. Al-Waghlisiyya est le plus important traité de Fiqh du célèbre jurisconsulte de Bougie al-Waghlisi (mort en 1384). Ce dernier était originaire d’Ath Waghlis (Sidi Aich vallée de la Soummam).
21. Le père d’Al-Ukbani aurait été qadi à Bougie.
22. Petit traité de théologie musulman, Alger, 1896.
23. La philosophie de Shaykh Sanusi d’après sa ‘Aqida as-Sughra, Journal Asiatique, 9e série, X, 356.
24. L’Adjurrumiya est le célèbre précis de grammaire d’Ibn Adjurum (Fès 1273-Fes 1323).Sa brièveté est «la cause de la grande faveur dont il a joui depuis l’Atlantique jusqu’a l ’Euphrate ».
25. Parmi les plus significatives :
ANo05 a été faite par Muhammad Bachir b.Sherif b.Yidir en 1827/1242h.;
ANo06, datée de 1785/1199h.;
ANo10, rédigée par Lmahdi Ulahbib en 1916/1334h.;
ANo20, faite par Muhammad Ameziane b.Belqacem b.Zemur ;
ANo36 datée de 1857/1274h.
26. Parmi les commentaires de la collection :
ANo08, copié par Abd Allah b.Belqacem al-Sharini en 1870/1287h. Nous n’avons pas identifié le commentateur ;
EF No08.Ce commentaire s’intitule Haqa’iq as-Sughra .Il a été copié par Ahmad b.Muhammad b.Ahmad b.Mubarek en 1806/1221h ;
IT No30.Ce commentaire s’intitule Taqy’id ‘ala as-Sughra .Son auteur est Abû l’Hassan Ali Aqedar. Le manuscrit (rédigé sous forme de Qasida) est incomplet.
27. Muhammad b.Ibrahim b.Umar b.Ali Abû abd Allah.
28. Parmi les copies de la collection :
ANo03 a été copiée par Muhammad b.l’khalef b.Hamed b. Abdul Gharzuli al-Yaalawi (donc d’Ath Yala) en 1789/1203h.;
ANo04 a été réalisée en 1825/1240h.;
ANo02. Sur cette copie figure une information (de Lmuhub Ulahbib), a propos d’une éclipse a Ath Urtilan, en 1859/1276h.
29. Une note de sa main figure dans le manuscrit répertorié KA No2.
30. Dans la collection Ulahbib, l’acte notarié répertorié AR No10 cite ce personnage.
31. Nasser b. Nasser était président du Bureau de Bougeas de l’association des oulémas ([30], p.329).
32. À propos de l’association des ulémas, un témoignage oral précise que Lmahdi refusa d’adhérer en 1934, malgré l’insistance de Fudil al-Wartilani. On ignore les raisons de ce refus [3].
33. Tassawuf, Aqida, Poésie, Astrologie, Science de la Nature, Fiqh, Astronomie et Agriculture. Son plus ancien écrit identifié date de 1915 (Fiqh). [3].
34. Dans la collection, il est également question de Muhammad Ben Ali Cherif. Quatre écrits ont un rapport avec ce nom, mais nous ignorons s’il s’agit du même personnage, ainsi d’ailleurs que son lien de parenté avec Saïd (Il est probable que ce soit son père) :
-L’évocation du commentaire de Muhammad Ben Ali Cherif sur le traité du célèbre astronome marocain As Sussi ;
- L’évocation d’une Qasida dédié a Ben Ali Cherif dans un document de voyage (répertorié LIT No50); La correspondance COR No04, adressée a Lmuhub Ulahbib est d’un Muhammad Ben Ali Cherif ;
- Muhammad b. Nasser, copiste du traité de Science du Calcul répertorié SC No11, écrit en 1830/1245h.qu’il fut une élève de Ben Ali Cherif.
35. Il s’agit probablement du celébre médecin de Fès, Abû Abd Allah al-Ayashi (1627-1679). Un traité de cet auteur figure dans la collection [7].
36. Il s'agit du celébre Qamus d El-Firuzabadi (Shiraz 1329-Zahad 1414). Ce dernier est un éminent lexicographe. Son Qamus était classique dans tout le monde musulman.
37. Abu Muhammad Abd Allah b.Ahmad al-Din Ibn al-Baytar.
38. Au XIIe siècle, lors de son séjour a Bougie, al-Idrissi, celébre géographe du roi normand Roger II de Sicile, avait énumère les nombreuses plantes «utiles en médecine » qu’il l’avait cru identifier [2].
39. Auteur andalou du XIIe siècle. Son livre des drogues simples concerne les études des plantes qui associent médecine et botanique. L’oeuvre d’Al-Ghafiki fut complété par Ibn al-Baytar.
40. On dit plus couramment Lhentit .
41. Il s’agit peut être de terfès ou trèfle du désert.
42. Il s’agit peut être d’aderyis (Taqsia).
43. S’agit-il de frehyun (euphorbe), du nom du médecin de Juba II ?
44. La forme exacte est peut être tizermin.
45. Tacbeght (métathèse) est le nom berbère de l’accacia.
46. Voir l’article de H. Aumassip sur les plantes et la médecine traditionnelle en Grande Kabylie [9].
47. Il s’agit du frêne.
48. Peut-etre Lqindil.
49. Abu Muhammad Abd al-Haq Ibn Ali al-Qala’i.
50. Ms.Cairo ENL DM 415.
51. Le texte qui se trouve sur l’autre face (de même écriture), Ad-Darar al-Lawami ‘ Acl Muqri’ al Imam Nafa‘ est un traité de Tefsir. Il s’agit d’un commentaire de Muhammad b.Shuaib al-Mejasi, enseignant à Taza (Tunisie), écrit en 727 (?) de l’Hégire. La copie a été faite par Saci Ibn Abi Kuhil ad-Dhafiri en 1465 (le dimanche 20 Radjib de l’an 869 de l’hégire, à Qafsa).
52. Les noms suivants sont portés : Abû Isaq at-Tlemcani Sahib al-Fara’id, Abû Zyad al-Jadry b.Bachkual an Abd ar-Rahman b.Muhammad b. ‘Atab, Abu l’Abbas Ibn al-Banna, Abû Abd Allah as-Sanhadji, Abû l’Qasim b.Khelef, al-Qarafi.Il est également précisé : il a dit dans son Rawdat al-Azhar ».
53. Il semble que ces termes correspondent également aux noms persans des mois.
-----------------------------------------------------------------------------
REFERENCES:
[1]Encyclopédie de l’Islam, 1965.
[2]AISSANI D., Bougie a l’époque médiévale : Les mathématiques au sein du mouvement intellectuel, ed. IREM de Rouen, France, 1993.
[3]AISSANI D.et MECHEHED D.E., Les manuscrits de botanique et de médecine en Kabylie au XIX e siècle, ed. Association GEHIMAB, Bejaia, 1996.
[4]AISSANI D.et MECHEHED D.E., Usage de l’écriture en Kabylie au XIXe siècle, ed. Association GEHIMAB, Bejaia, 1996.
[5]AISSANI D., MECHEHED D.E., ADJABI S.et RADJEF M.S., Afniq ccix lmuhub :
Une bibliothèque de manuscrits au fond de la Kabylie. In: Proceedings of the Second European Conference EURAMES, Aix-en-Provence, 1996.
[6]AI SSANI D. MECHEHED D.E.et al.Manuscrits de Kabylie : Catalogue de la collection ulahbib, pp.01-200, ed. Association GEHIMAB, Bejaia, 1996.
[7]AUCAPITAINE H., Kanoun du village de Thaourirt Amokrane.Revue africaine, no7, 1863, pp.279-285.
[8]AUMASSIP H. Plantes et médecine traditionnelle (grande Kabylie-mzab). Cahiers d’anthropologie et Biométrie humaine, no4, 1984, pp.97-117.
[9]BASSET R.,Les noms berbères des plantes dans le traité des simples d’ibn al Baitar, Gional Soc.As.It.,no 12,1899,pp.53-66.
[10]BEKRi Cheikh, Le kharijisme berbère, Annales de l’institut d’études orientales, no 15, 1957, pp.82-97.
[11]BEN CHENEB M., Etudes sur les personnages mentionnes dans l’Idjaza du shaykh Abdelkadir al Fasi. In : Actes du XVIe Congre`s international des Orientalistes, pp.168-535, Alger, 1905.
[12]BERNARD A.et MILLIOT L., Les Qanuns kabyles dans l’ouvrage de Hanoteau et Letourneux, Paris, 1933.
*L‘auteur remercie Mlle Dahbia Abrous (Département de langue Amazigh, Université de Bejaia) pour sa contribution.
Cet Article est publie dans:
Études et Documents Berbères ,15-16,1998 :pp.81-99
M-BIBANY
 

Re: LES ECRITS DE LANGUE BERBERE, Partie 2 (de BEDJAIA)

Messagede Invité » Mar Oct 04, 2005 15:06

M-BIBANY a écrit:LES ÉCRITS DE LANGUE BERBERE
DE LA COLLECTION DE MANUSCRITS ULAHBIB (BEDJAIA)-2-
Par Djamel Aissani

Suite../..

IV. CONSTITUTION DU FONDS DE LANGUE BERBERE :

Sur les 570 documents répertoriés dans la collection, quatre seulement ont étés rédigés en langue berbère (transcrite en caractères arabes). Des termes berbères figurent également dans cinq autres écrits.
Le plus ancien document est certainement la traduction de la Sughra, répertorié KA No21. Nous n’avons pas pu identifier le copiste et nous ignorons si ce document appartenait déjà à Lmuhub. Par contre, il est certain que le document répertorié LIT No21 lui appartenait. En effet, après les deux Qasa’id en berbère, nous avons identifié un texte (en langue arabe) rédigé de sa main. Le seul écrit identifié qui a été rédigé (au milieu du XXe siècle) en berbère par un membre de la famille Ulahbib est le commentaire de Lmahdi, répertorié KA No22.87D.

D’un autre coté, les manuscrits comprenant des termes berbères ont été fréquemment utilisé aussi bien par Lmuhub que par Lmahdi, comme le prouvent les nombreuses notes contenues (en marges des textes).

V. LES TEXTES BERBERES DE LA COLLECTION ULAHBIB :
Dans un premier temps, nous allons présenter les documents de langue berbère de la collection et tenter de cerner leur intérêt. Nous attarderons sur les informations relatives aux auteurs, aux propriétaires et à l’histoire de ces manuscrits. Rappelons que les caractéristiques de ces derniers (dimensions, nombre de feuillets...) sont consignées dans le catalogue de la collection Ulahbib [7].

La traduction de la Sughra :
Le manuscrit répertorié KA No21 [7] est une traduction sommaire de la ‘Aqida as-Sughra d’Al Sanusi, connue sous le titre d’Umm al-Barahin ou plus simplement de Sanusiyya. C’est une ‘Aqida sur la conscience de l’unicité de Dieu (Tawhid).

a) Abd Allah al-Sanusi
Le tlemcenien Abû Abd Allah b.Yusuf al-Sanusi (1426-1490) a été un élève du célèbre mathématicien andalous al-Qalasadi (Grenade 1412- Béja 1486). Il a par la suite obtenu une idjaza de la principale personnalité religieuse d’Alger, Abd ar-Rahman ath Thaaliby (Alger 1386- Tunis 1468). Selon M.Bencheneb, il aurait également poursuivi des études à Bougie [11]. Pour les savants du Maghreb, al-Sanusi était le rénovateur de l’Islam au commencement du IXe siècle de l’Hégire.
Dans les disciplines mathématiques, il est notamment l’auteur d’un commentaire sur le poème didactique d’Ibn al-Yasamin (mort assassiné au Maroc en 1204) sur l’algèbre et les équations, du commentaire Sharh Qasidat al-Habbak sur l’astrolabe et d’un poème sur la science des héritages.

b) al-Sanusi et la Kabylie
Les rapports intellectuels entre Bougie et Tlemcen ont eu une influence déterminante sur la formation de nombreux lettrés de la région. En effet, de nombreux savants tlemceniens ont poursuivi leurs études a Bougie : Ibn Marzuk al-Djadd (1310-1379), Abû Aberkan Aly (1353-1453)... (Voir [21]) al-Sanusi, qui était un élève de ce dernier, a ainsi rédigé un commentaire d’al-Waghlisiyya (20).
L’influence inverse va être encore plus déterminante. Ainsi, al-Machdaly (Bougie 1419- Alep 1461) a poursuivi ses études a Tlemcen vers 1437 auprès d’Ibn Marzuk al-Hafidh (1364-1439), d’Al-Ukbani 21 (1321-1409) et d’Ibn Zaghu (mort en 1445). A son propos, le célèbre mathématicien andalous al-Qalasadi a écrit dans sa Rihla : « Nous nous sommes réunis en Egypte avec le brillant docte, l’imam le plus cultive de son temps, le vertueux al-Machdaly. Je n’ai jamais vu quelqu’un capable d’assimiler aussi bien que lui les sciences. Il touche a tout et y réussit. Nous avons évoqué notre séjour à Tlemcen ou nous avions passé des jours agréables en compagnie de savants, maîtres de leurs sciences. Ils y prodiguaient un enseignement incomparable, facile à saisir.»

c) La Sughra
Traitant de Dieu et de ses attributs, ainsi que de la prophétie, al-Sanusi discute tout au long de son livre les théories philosophiques, les opinions des autres écoles et les croyances des autres religions. Il a notamment rédigé un commentaire de sa propre Sughra. Ce dernier, qui a fait l’objet de gloses d’Al-Bajuri, a été publié plusieurs fois au Caire et a Fès, traduit en allemand par Ph.Wolff (Leipzig, 1848) et en français par Luciani (22), Delphin (23) ... (cf. [1]).


d) Place de la Sughra dans la collection Ulahbib :
La Sughra est avec l’Adjurrumiya (24) l’ouvrage qui a été le plus étudié des livres de la collection Ulahbib. En effet, cette dernière en contient une dizaine de copies (25) ainsi que plusieurs commentaires (26) en langue arabe. En particulier, elle comprend trois copies du commentaire du tlemcenien Ibrahim al-Mellali 27 (XVIe siècle).
Ce dernier est originaire du Maroc et a été l’élève d’Al Sanusi à Tlemcen (28.
Des copies (probablement commentées) ont été réalisées par Lmuhub (29) et Lmahdi Ulahbib.

e) Le manuscrit de la collection :
Historique
Des 1893, l’orientaliste J.D.Luciani avait signalé l’existence de cette traduction.
En effet, il précisait que cet écrit «a été composé en Kabylie dans la tribu des Beni Ourtilane, a la Zawiya Sidi Yahia Ben Hamoudi » [27]. Il poursuit qu’«il se réduit a quelques pages, rédigé dans le dialecte de l’arrondissement de Bougie, transcrites en caractères arabes, et qui ne sont qu’une traduction très sommaire du traité connu sous le nom de as-Sanusiyya ».

Sidi Yahia Ben Hamoudi
Ici aussi, on constate que les orientalistes ont eu accès aux manuscrits de la Kabylie à travers des Cheikh de Zawiya, exerçant des fonctions au sein de l’administration coloniale. Ainsi, J.D.Luciani a pu consulter les manuscrits de la zawiya de Sidi Yahia Ben Hamoudi (30) .Ce dernier était considéré par l’instituteur Hénaut comme un personnage influent, mais «d’une importance secondaire » [22]. A son propos, le Moubacher (journal colonial officiel) du 15 mars 1884 porte la note suivante : « Le06 février courant est décédé a l’age de 96 ans en son domicile, a Freha (Beni Ourtilane) le nommé Si Yahia Ben Hamoudi, marabout fort vénéré dans toute la région Kabyle. Ce personnage ayant joué un rôle relativement considérable dans la région, il ne sera pas inutile de rappeler ici les principaux faits qui, depuis de longues années le signalaient à l’attention publique et lui ont mérité les sentiments de haute vénération de ses coreligionnaires. Si Yahia (...) n’a jamais fait partie d’aucun sufi et n’est affiliée à aucun ordre religieux. Son but a été de tout temps, de répandre l’instruction du Coran et de la jurisprudence musulmane, d’enseigner a la population la soumission et le respect envers l’autorité, d’intervenir a l’amiable dans tous les différents qui lui étaient soumis (...).Aussi, des la nouvelle de sa mort, les indigènes qui venaient le consulter de tous les cotés de la Kabylie, ont-ils accourus pour rendre a sa mémoire un dernier hommage.»

Le manuscrit
Le manuscrit de la collection est très ancien et concerne probablement le même texte que celui dont parle Luciani. Cependant, nous n'avons pas d’informations sur son histoire. Sa présence dans la Khizana de Lmuhub Ulahbib pourrait signifier qu’il était assez répandu dans toute la région d Ath Urtilan.
Pour avoir une idée de la qualité de la traduction, nous reproduisons ci-après un fragment de ce texte :
Leqdem isezwar leedem
Lebqa ur t-ittlahaq ara leedem
Lemxalfa d amxalef g ddat-is
Ur t-illi ara d legrem,d acu d legrem ?
Dayen Ittzeyyihen lghir-is ittag leqder-is



Le commentaire versifié de la Sughra
Nous avons identifié le copiste du manuscrit KA No22 à partir de l’écriture.

a) Lmahdi Ulahbib :
Lmahdi (1892-1973), petit fils de Lmuhub Ulahbib, a poursuivi ses études dans les Zawiyas d’Ath Chebana, Ath Urtilan, Ath Yala et Akbou. Il eu pour maître Muhammad Sediq b.Yahia [3].
Lmahdi était versé dans l’astrologie, l’astronomie et était la source principale de détermination des dates (fêtes religieuses, périodes de cultures...) de toute la région, comme le prouve une de ses correspondances avec Nasser Ben Nasser (31), membre fondateur de l’association des Oulémas (32). Ses écrits se rapportent à différents domaines (33).

b) Le manuscrit
Le manuscrit répertorié KA No22 est un petit commentaire versifié de la ‘Aqida as-Sughra d’Al Sanusi en langue berbère (de caractères arabes).Il a été copié par Lmahdi Ulahbib au milieu du XXe siècle (probablement vers 1953).
Cependant, nous ignorons si ce dernier est l’auteur du commentaire.
Voici un fragment du texte de ce manuscrit :

A d bdugh g lwag¡eb
Rebbi yella ulac licckal
S ddalil i berzent tlufa
Ma d legrem iqebli t leeqal...


Le poème sur le savoir de Ben ‘Ali Chérif
a) Le manuscrit
Il est répertorié LIT No21 [7].Cet écrit n’est constitué que d”un seul feuillet.
Il s’agit probablement d’un document ancien. En effet, après la Qasida que nous allons présenter figure une autre Qasida (toujours en berbère), puis un texte en arabe copié par Lmuhub (sans rapport avec ces poèmes).
b) Said Ben Ali Cherif
Saïd Ben Ali Chérif (Yellula 1820-1897) est notamment évoqué par G.Hénaut [22], al Hafnawi ([21], t.2, p.402.) et M.Gaid [402].Il était le patron de la zawiya de Chellata (vallée de la Soummam). Selon le Baron H.Aucapitaine,«la Zawiya d ’Ichellaten est un des centres religieux et scientifique les plus renommés de l ’Afrique Septentrionale ».Il affirme qu’en 1860,la famille Ben Ali Shérif (34) était dépositaire du pouvoir religieux depuis 150 ans environ «par extinction des héritiers directs ».
Il a été l’un des principaux informateurs des orientalistes français (A.Hanoteau, H.Aucapitaine, E.Dewulf), en particulier concernant les études berbères naissantes et l’histoire de la vallée de la Soummam. Il avait occupé de hautes fonctions dans l’administration coloniale. En effet, il avait été nommé BachAgha de Illoula en 1846.

c) Le poème sur le savoir
La premier Qasida du document répertorié LIT No21 est un poème sur le savoir de Saïd ben Ali Cherif. Nous avons transcrit le texte en caractères latins :
Amalah ya leulama ur nufi hedd ur nsal
Lwehc yers-ed, ccer d leghel yesseqtee deg zal
Ccejra i-lebdae tferree lgedra-s yuli-tt wadal
Lehram yeqqel d lmesbah .
Lghemm yers-ed ghef lehlal
Ttqelliben f lmufid ur hsiben rras l mal.



Notes d’enfant :

La note (raturée) isolée en langue berbère est répertoriée DVNo09.Il s’agit probablement d’un écrit d’enfant. Nous avons pu identifier le texte suivant :
Baba, a Zizi, anida tebghid .ad ruhegh,
ur ttruhegh ara, ad ruhegh ...it...
Tebgh id .awi-yi Burdim
Jeddi ...akenni ur bghigh ara .

Précisons ici que le nom de Burdim, qui apparaît a la troisième ligne, correspond a un petit village proche de Zakou (Ath Urtilan).Il est encore habité de nos jours par des descendants d’une autre branche de la famille Ulahbib. La présence de ce texte semble confirmer que la transcription du berbère en caractères arabes était utilisée de manière courante, même par les enfants (cf. paragraphe précédent).

VI. LES DOCUMENTS RENFERMANT DES TERMES BERBERES :
Ce sont principalement des traites de botanique et d’astronomie.

Le traité de botanique d ’Ibn al-Baytar
Le manuscrit de botanique d’ibn al-Baytar, répertorié MS No01 [7], s’intitulé al-Iktifaa fi-el Tib al-Shafi. René Basset a, le premier, découvert une copie du même type (avec également des traductions des noms en grec)et fait connaître ces termes berbères dans un article célèbre [10 ].
a) Le manuscrit de la collection
Sur le manuscrit de la collection sont également portés plusieurs commentaires et inscriptions, probablement en rapport avec la discipline. Nous avons identifié à partir de l’écriture :
- Un commentaire de Lmuhub Ulahbib. Il écrit que son maître est Ahmad b.Sahnun (cf.paragraphe 3.2).
- commentaire de Lmahdi Ulahbib. Ce dernier évoque notamment al-Ayashi 35, Salam Sanhuri et le Qamus (36).
b) Ibn al-Baytar et son traité :
Ibn al-Baytar 37 (1197-1248) est le plus grand botaniste du monde musulman. Natif de Malaga, il émigra en Orient vers 1220 après avoir traversé l’Afrique du Nord.
Parmi ses ouvrages, citons :
– al-Djami‘ li Mufradat al-Adwiya wa al-Aghdiya (ed. du Caire, 1874 et traduction française de L.Leclerc, 1877-1883 et traduction allemande de J.Von Sontheimer, Stuttgart, 1840). Dans cet ouvrage, Ibn al-Baytar présente dans l’ordre alphabétique quelques 1400 simples appartenant aux règnes animal, végétal et minéral, en se basant sur ses propres observations ainsi que sur plus de 150 autorités [al-Razi (Ghazes), Ibn Sina (Avicenne), al-Idrissi 38 et al-Ghafiki [39]. Selon J.Vernet,un millier environ étaient déjà connus des auteurs grecs.
- Commentaire de l’oeuvre du médecin Grec Dioscoride (Ier siècle après J.-C.), qui contient un inventaire de 550 drogues (figurant dans les 4 premiers livres de Dioscoride).
c) Historique et travaux sur le manuscrit :
Les termes techniques de l’ouvrage présenté précédemment sont fréquemment accompagnés de leurs équivalents latins et berbères (voir MMMA, IV, 1957,105-112). René Basset a fait connaître ces termes dans un article célèbre.
Il est probable que ce dernier ouvrage corresponde au fameux manuscrit de R.Basset [10] et surtout a celui de la collection Ulahbib.

d) Les termes berbères
Parmi les nombreuses traductions en berbère : Areghnis, haltit (40), tejribtan, attl, zerawnd, aqehwan, asarun, asemmaq, ccebt, afsentin, ddrarih , termes (41) darsini (42), frasyun (43), ghar zemred, tizermini (44) ...
Par ailleurs, d’autres termes berbères de plantes figurent également dans la marge (donc en commentaire) : Tabghest 45, taqentast, tidekt, Barbariya ...

Autres termes de plantes
a)Dans deux ouvrages de médecine et de botanique 46 apparaissent également des termes berbères. Ainsi, la citation d’un certain Abû Tayeb sur une plante : « Derdar, en langue kabyle, Aslen » 47 (Ms.MS No11). C’est le cas également d’Awrmi . Cette plante est notamment utilisée pour fabriquer une sorte de poudre pour guérir les plaies.

b) Citation du nom berbère d’une plante Taqendilt 48 dans le manuscrit d’astrologie ASL No11. En effet, cet ouvrage comprend un chapitre sur la botanique.

Le traité d’astronomie d ’Abi Miqra’ :

Abi Miqra’ est la principale référence du Maghreb dans le domaine de l’astronomie. La place importante qu’a occupé son traité dans la région d’Ath Urtilan est confirmée par les très nombreuses copies retrouvées dans la collection Ulahbib. En particulier, Lmuhub et Lmahdi Ulahbib maîtrisaient les méthodes de détermination des horaires de la prière et de dates religieuses (premier jour du Muharram, premier Yennayer) [3].

Abi Miqra’ et son œuvre
Abi Miqra’ (49) est un astronome ayant vécu au Maroc au XIIIe siècle. Son travail de Muwaqit a été analysé par G.S.Colin et H.P.J.Renaud en 1933 [16].
Ses idées ont été exprimées en vers par al-Malghiti (50) au XVIIe siècle et ont fait l’objet de multiples commentaires (cf.King [23]).

Abi Miqra’ dans la collection
La collection Ulahbib comprend quatre copies du traité d’Abi Miqra’.
Parmi elles :
-La copie répertoriée ASN No16 est acéphale et semble très ancienne (51).
-Les copies répertoriées ASN No 05 et ASN No 13 (52) ont été rédigées par Lmuhub Ulahbib.

a)Les termes berbères
Les noms berbères des mois de l’année figurent dans ce traité : Yennayer, furar, meghres, ibrir, mayu, yunyu, yulyu, ghuct, ctember, tuber, nunember, dujember (53). Ces noms reviennent dans le manuscrit répertorié ASN No10.
Ce dernier s’intitule Mukhtasar li l-Hisab et a été copié par Lmuhub Ulahbib.

Noms de champs
Dans plusieurs pactes d’héritage figurent des noms berbères de champs.

Autre
Un écrit, répertorié également DV No03, n’a aucun rapport avec la langue berbère. Cependant, le texte forme le signe des Imazighen (cf. [20]). Nous ignorons si ce schéma est le fruit du hasard, car le sens de l’écriture semble être orienté. Cette manière d’écrire (tout a fait inhabituelle) devait être utilisée par certains soufis.

VII. CONCLUSION :
Les écrits de langue berbère de la collection Ulahbib sont donc de cinq types : ‘Aqida, Qasida, termes techniques en botanique et en astronomie, noms des champs et texte d’enfant. Il est prématuré de tirer de quelconques conclusions. Cependant, la présence d’une traduction et d’un commentaire versifié en berbère de la Sughra pourra permettre de mieux situer l’apport du berbère dans l’action des religieux devant prêcher pour des berbérophones. De même, la présence de la note d’enfant permet de confirmer que les caractères arabes étaient fréquemment utilises pour transcrire des termes berbères.
---------------------------------------- F I N ---------------------------------
DJAMEL AISSANI*


20. Al-Waghlisiyya est le plus important traité de Fiqh du célèbre jurisconsulte de Bougie al-Waghlisi (mort en 1384). Ce dernier était originaire d’Ath Waghlis (Sidi Aich vallée de la Soummam).
21. Le père d’Al-Ukbani aurait été qadi à Bougie.
22. Petit traité de théologie musulman, Alger, 1896.
23. La philosophie de Shaykh Sanusi d’après sa ‘Aqida as-Sughra, Journal Asiatique, 9e série, X, 356.
24. L’Adjurrumiya est le célèbre précis de grammaire d’Ibn Adjurum (Fès 1273-Fes 1323).Sa brièveté est «la cause de la grande faveur dont il a joui depuis l’Atlantique jusqu’a l ’Euphrate ».
25. Parmi les plus significatives :
ANo05 a été faite par Muhammad Bachir b.Sherif b.Yidir en 1827/1242h.;
ANo06, datée de 1785/1199h.;
ANo10, rédigée par Lmahdi Ulahbib en 1916/1334h.;
ANo20, faite par Muhammad Ameziane b.Belqacem b.Zemur ;
ANo36 datée de 1857/1274h.
26. Parmi les commentaires de la collection :
ANo08, copié par Abd Allah b.Belqacem al-Sharini en 1870/1287h. Nous n’avons pas identifié le commentateur ;
EF No08.Ce commentaire s’intitule Haqa’iq as-Sughra .Il a été copié par Ahmad b.Muhammad b.Ahmad b.Mubarek en 1806/1221h ;
IT No30.Ce commentaire s’intitule Taqy’id ‘ala as-Sughra .Son auteur est Abû l’Hassan Ali Aqedar. Le manuscrit (rédigé sous forme de Qasida) est incomplet.
27. Muhammad b.Ibrahim b.Umar b.Ali Abû abd Allah.
28. Parmi les copies de la collection :
ANo03 a été copiée par Muhammad b.l’khalef b.Hamed b. Abdul Gharzuli al-Yaalawi (donc d’Ath Yala) en 1789/1203h.;
ANo04 a été réalisée en 1825/1240h.;
ANo02. Sur cette copie figure une information (de Lmuhub Ulahbib), a propos d’une éclipse a Ath Urtilan, en 1859/1276h.
29. Une note de sa main figure dans le manuscrit répertorié KA No2.
30. Dans la collection Ulahbib, l’acte notarié répertorié AR No10 cite ce personnage.
31. Nasser b. Nasser était président du Bureau de Bougeas de l’association des oulémas ([30], p.329).
32. À propos de l’association des ulémas, un témoignage oral précise que Lmahdi refusa d’adhérer en 1934, malgré l’insistance de Fudil al-Wartilani. On ignore les raisons de ce refus [3].
33. Tassawuf, Aqida, Poésie, Astrologie, Science de la Nature, Fiqh, Astronomie et Agriculture. Son plus ancien écrit identifié date de 1915 (Fiqh). [3].
34. Dans la collection, il est également question de Muhammad Ben Ali Cherif. Quatre écrits ont un rapport avec ce nom, mais nous ignorons s’il s’agit du même personnage, ainsi d’ailleurs que son lien de parenté avec Saïd (Il est probable que ce soit son père) :
-L’évocation du commentaire de Muhammad Ben Ali Cherif sur le traité du célèbre astronome marocain As Sussi ;
- L’évocation d’une Qasida dédié a Ben Ali Cherif dans un document de voyage (répertorié LIT No50); La correspondance COR No04, adressée a Lmuhub Ulahbib est d’un Muhammad Ben Ali Cherif ;
- Muhammad b. Nasser, copiste du traité de Science du Calcul répertorié SC No11, écrit en 1830/1245h.qu’il fut une élève de Ben Ali Cherif.
35. Il s’agit probablement du celébre médecin de Fès, Abû Abd Allah al-Ayashi (1627-1679). Un traité de cet auteur figure dans la collection [7].
36. Il s'agit du celébre Qamus d El-Firuzabadi (Shiraz 1329-Zahad 1414). Ce dernier est un éminent lexicographe. Son Qamus était classique dans tout le monde musulman.
37. Abu Muhammad Abd Allah b.Ahmad al-Din Ibn al-Baytar.
38. Au XIIe siècle, lors de son séjour a Bougie, al-Idrissi, celébre géographe du roi normand Roger II de Sicile, avait énumère les nombreuses plantes «utiles en médecine » qu’il l’avait cru identifier [2].
39. Auteur andalou du XIIe siècle. Son livre des drogues simples concerne les études des plantes qui associent médecine et botanique. L’oeuvre d’Al-Ghafiki fut complété par Ibn al-Baytar.
40. On dit plus couramment Lhentit .
41. Il s’agit peut être de terfès ou trèfle du désert.
42. Il s’agit peut être d’aderyis (Taqsia).
43. S’agit-il de frehyun (euphorbe), du nom du médecin de Juba II ?
44. La forme exacte est peut être tizermin.
45. Tacbeght (métathèse) est le nom berbère de l’accacia.
46. Voir l’article de H. Aumassip sur les plantes et la médecine traditionnelle en Grande Kabylie [9].
47. Il s’agit du frêne.
48. Peut-etre Lqindil.
49. Abu Muhammad Abd al-Haq Ibn Ali al-Qala’i.
50. Ms.Cairo ENL DM 415.
51. Le texte qui se trouve sur l’autre face (de même écriture), Ad-Darar al-Lawami ‘ Acl Muqri’ al Imam Nafa‘ est un traité de Tefsir. Il s’agit d’un commentaire de Muhammad b.Shuaib al-Mejasi, enseignant à Taza (Tunisie), écrit en 727 (?) de l’Hégire. La copie a été faite par Saci Ibn Abi Kuhil ad-Dhafiri en 1465 (le dimanche 20 Radjib de l’an 869 de l’hégire, à Qafsa).
52. Les noms suivants sont portés : Abû Isaq at-Tlemcani Sahib al-Fara’id, Abû Zyad al-Jadry b.Bachkual an Abd ar-Rahman b.Muhammad b. ‘Atab, Abu l’Abbas Ibn al-Banna, Abû Abd Allah as-Sanhadji, Abû l’Qasim b.Khelef, al-Qarafi.Il est également précisé : il a dit dans son Rawdat al-Azhar ».
53. Il semble que ces termes correspondent également aux noms persans des mois.
-----------------------------------------------------------------------------
REFERENCES:
[1]Encyclopédie de l’Islam, 1965.
[2]AISSANI D., Bougie a l’époque médiévale : Les mathématiques au sein du mouvement intellectuel, ed. IREM de Rouen, France, 1993.
[3]AISSANI D.et MECHEHED D.E., Les manuscrits de botanique et de médecine en Kabylie au XIX e siècle, ed. Association GEHIMAB, Bejaia, 1996.
[4]AISSANI D.et MECHEHED D.E., Usage de l’écriture en Kabylie au XIXe siècle, ed. Association GEHIMAB, Bejaia, 1996.
[5]AISSANI D., MECHEHED D.E., ADJABI S.et RADJEF M.S., Afniq ccix lmuhub :
Une bibliothèque de manuscrits au fond de la Kabylie. In: Proceedings of the Second European Conference EURAMES, Aix-en-Provence, 1996.
[6]AI SSANI D. MECHEHED D.E.et al.Manuscrits de Kabylie : Catalogue de la collection ulahbib, pp.01-200, ed. Association GEHIMAB, Bejaia, 1996.
[7]AUCAPITAINE H., Kanoun du village de Thaourirt Amokrane.Revue africaine, no7, 1863, pp.279-285.
[8]AUMASSIP H. Plantes et médecine traditionnelle (grande Kabylie-mzab). Cahiers d’anthropologie et Biométrie humaine, no4, 1984, pp.97-117.
[9]BASSET R.,Les noms berbères des plantes dans le traité des simples d’ibn al Baitar, Gional Soc.As.It.,no 12,1899,pp.53-66.
[10]BEKRi Cheikh, Le kharijisme berbère, Annales de l’institut d’études orientales, no 15, 1957, pp.82-97.
[11]BEN CHENEB M., Etudes sur les personnages mentionnes dans l’Idjaza du shaykh Abdelkadir al Fasi. In : Actes du XVIe Congre`s international des Orientalistes, pp.168-535, Alger, 1905.
[12]BERNARD A.et MILLIOT L., Les Qanuns kabyles dans l’ouvrage de Hanoteau et Letourneux, Paris, 1933.
*L‘auteur remercie Mlle Dahbia Abrous (Département de langue Amazigh, Université de Bejaia) pour sa contribution.
Cet Article est publie dans:
Études et Documents Berbères ,15-16,1998 :pp.81-99



ups
Invité
 


Retourner vers Transcription de Tamazight

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron