Boulifa:L’ intellectuel universel du 19e siècle

Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun, Kateb Yacine, etc ...

Modérateur: amusniw

Boulifa:L’ intellectuel universel du 19e siècle

Messagede mbibany » Lun Mar 20, 2006 13:23

Boulifa
L’ intellectuel universel du 19e siècle évoqué au CNRPH


Boulifa se distingue des intellectuels de son temps. Il devient une référence mondiale. L’intérêt qu’il porte à la langue kabyle, l’amène à la recherche de ses dialectes, au Maroc.

L’intellectuel publie en 1896, “Première année de langue kabyle.”

L’anthropologue française, spécialiste de l’œuvre de Boulifa, Mme Séléste, a été invitée, hier par le centre de recherche d’anthropologie (CNRPH), pour évoquer, l’intellectuel universel algérien ayant vécu au 19e siècle.

L’anthropologue qui était accompagnée d’intellectuels algériens, dont Slimane Hachi et Zaïm Khanchlaoui, a parlé du rapport de l’intellectualité de cet immense personnage avec l’histoire de la langue kabyle.
Mme Séléste dira que Boulifa, de son vrai nom Amar Saïd a été le premier à faire sortir et connaître la langue kabyle, de sa ville natale, Larbâa Nath Iraten, au monde.

Selon la conférencière, ce personnage né en 1861, a été le premier à mettre en place des procédés d’enseignement de la langue amazighe dans l’histoire d’Algérie. Il a laissé d’ailleurs, deux œuvres “Première année de langue kabyle” et “Méthodes de langue kabyle pour l’apprentissage de tamazight. Boulifa se distingue des intellectuels de son temps. Il devient une référence mondiale. L’intérêt qu’il porte pour cette langue, l’amène à la recherche de ses dialectes, au Maroc.

L’intellectuel publie en 1896, “Première année de langue kabyle.”
Boulifa, ce pédagogue, s’est donné et investi, rapporte la conférencière, totalement à sa vie de chercheur de la langue amazigh, à l’archéologie et à la sociologie.

Il découvre grâce à ses recherches une stèle à Souamaâ. Il s’est intéressé aussi à l’archéologie de Djemaâ Saharidj, de Dellys, Azeffoun et de Tigzirt.
Il a été tout à la fois sociologue, observateur, et analyste de son temps, où il s’était fait remarquer par ses positions révolutionnaires en revendiquant les droits de la femme kabyle à la liberté.

Il parle de ce phénomène dans un ouvrage qui s’intitule “Tirugza”. Boulifa redonne à la femme kabyle sa place dans cet ouvrage. Il réalise en 1925 à Alger, un autre livre qui s’intitule, “Le Djurdjura à travers l’histoire.”

Slimane Hachi nous dira, à l’occasion de l’hommage à cet immense personnage du 19e siècle, qu’il a été le premier archéologue algérien. Il ajoute aussi que cet homme de culture et de terrain reste une référence mondiale.

Fazila Boulahb
La depeche de kabylie
20mars2006
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37

Boulifa “fustige” le général Hanoteau

Messagede mbibany » Lun Mar 27, 2006 13:50

Boulifa “fustige” le général Hanoteau



Instituteur formé à l’école normale de Bouzaréah dans les années 1890, Amar Ben Saïd Boulifa, devenu par la suite linguiste, sociologue et historien, s’insurge contre les conclusions intentionnées du général anthropologue Hanoteau faites sur la société kabyle à travers son ouvrage d’analyse poétique intitulé : Les chants populaires du Djurdjura.
Pour rappel, le général faisait partie de la vaste conquête de la région engagée par les forces d’occupation françaises à partir de 1857. Le couplage de la mission militaire avec celle d’une science sociale, l’anthropologie, a de tout temps été une stratégie des colonisateurs. En occupant l’Égypte, Napoléon a chargé dans ses navires, comme premier instrument efficace de sa stratégie, une imprimerie de langue arabe pour mieux maîtriser le pays.

Boulifa, un des tout premiers intellectuels algériens formés à l’école française, était resté profondément enraciné dans son humus culturel originel.
C’est en cela qu’il apportera la contradiction sur le statut et le rôle de la femme dans la région, présentée alors par le général anthropologue tantôt comme “un bien meuble”, tantôt comme “une marchandise”.
La riposte s’est faite non sans une hauteur de vue et un respect intellectuel
d’usage.

C’est à travers son ouvrage Recueil de poésies kabyles, paru en 1904, que Boulifa oppose à l’anthropologue français une étude contraire qui traite de la réalité de la “psychologie de l’amour kabyle”.
Le choix porté par Boulifa d’agir, lui aussi, sur des poèmes pour étayer son argumentaire tient de ce que, dit-il, “l’esprit, l’état intellectuel et moral d’un peuple, le degré de civilisation qu’il atteint se reflètent toujours dans sa littérature”.
L’ouvrage de Boulifa est ainsi un contre-miroir lancé à la face de celui de Hanoteau.

D’entrée de jeu, Boulifa nous signale la déstructuration des poèmes ainsi rapportés par le général du point de vue de leur architecture poétique. “Les règles principales de la prosodie, dit-il, sont méconnues, la césure et la mesure sont pauvres et la rime négligée… La plupart de tous ceux qui composent l’ouvrage de M. Hanoteau n’ont de la poésie que la forme.” Mais c’est surtout sur le fond de l’analyse faite par le général sur la femme dans la société kabyle que Boulifa s’intéressera.
Pour lui : “L’étude de la femme est plus complexe qu’on ne le croit ; il y a là une question si délicate et si difficile à pénétrer qu’elle échappe, presque, à l’examen de tout étranger.”
Boulifa ne comprend pas pourquoi le général Hanoteau n’a aucunement mentionné l’existence de l’héroïne Fadma n’Soummeur qui a levé une armée contre l’occupation française de la Kabylie. Était-il complexé de s’être vu combattu par une femme pour ensuite s’en prendre à la femme kabyle en général en guise de revanche ? Tout porte à le croire.

L’ouvrage de Boulifa est à considérer comme une autre forme d’expression de la résistance et de la lutte anticoloniale à un temps donné de l’histoire.

Source:

CHRONIQUE DE ABDENNOUR ABDESSELAM
Boulifa “fustige” le général Hanoteau

Par : ABDENNOUR ABDESSELAM
LIBERTE du 27mars2006
mbibany
 
Messages: 695
Inscription: Jeu Mai 26, 2005 08:37


Retourner vers Ecrivains

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron